Chronique du tissage au pays de Bryansk

La culture traditionnelle, en tant que trésor de la mémoire du peuple, préserve les modes de vie séculaires et la fermeté de la foi, la dévotion aux pactes des ancêtres et la cordialité du bon voisinage, la loyauté envers la terre natale et le travail acharné.

Les légendes anciennes, les chansons, les rites festifs des moments les plus importants de la vie humaine en parlent. La région de Briansk est célèbre pour sa tradition unique du tissage. Dans les tissus à motifs créés à la main par les tisserands paysans, se transmettent de génération en génération diverses idées sur la beauté du monde, ou des souvenirs familiaux.

Il y a un siècle, chaque femme devenait elle-même créatrice de vêtements pour elle-même et sa famille, elle décorait sa maison avec des tissus à motifs, répétant les motifs appris de sa mère et transmettant les secrets du savoir-faire à ses filles. Et aujourd’hui, dans les villages de Bryansk, il y a encore des artisans qui préservent les secrets de l’artisanat ancien, faisant revivre sur le métier à tisser des motifs anciens d’une époque révolue.

Une place particulière dans l’exposition revient aux roushniki. Ces sortes de voiles aux extrémités brodées ont toujours été des symboles importants de la vie paysanne. Le roushnik blanc était une bonne augure pour une longue journée de travail. Lors des mariages, le roushnik joignait les mains des mariés, et dans le sacrement du mariage, il devenait un marchepied, symbolisant le chemin commun que les jeunes mariés s’engageait à parcourir ensemble.

Le roushnik était utilisé pour présenter le pain et le sel aux invités d’honneur, ils étaient offerts en cadeau et transmis aux enfants comme souvenir de la maison ancestrale. Dans les cérémonies de deuil, les roushniki marquaient le dernier voyage du défunt, vers l’autre monde, et la prière du souvenir des vivants pour le défunt. Mais surtout, les roushniki étaient utilisés pour décorer le “buisson sacré”, le “coin aux icônes”, lieu sacré s’il en est dans chaque maison de paysan russe.

Les plus beaux roushniki, riches en ornementation, saturés de rouge éclatant, les plus habiles ont été utilisés pour encadrer la chapelle familiale. Ils n’étaient pas seulement décorés d’icônes, mais le roushnik lui-même était conçu dans l’esprit populaire comme un hommage à Dieu, comme une prière tissée. “le dévôt”, “la chemise de Dieu” – c’est ainsi qu’on appelait les roushniki dédiés au coin à icônes dans la région de Bryansk. Dans ces chefs-d’œuvre de l’artisanat populaire, les motifs de l’ancienne Rus’ pré-chrétienne – signes de la terre, de l’eau, du soleil, les symboles de fertilité, la mémoire des ancêtres, ainsi que les idées sur l’univers sont parvenus jusqu’à nous.

Ayant traversé les siècles, ils ont été spiritualisés par la prière chrétienne et ont reçu une nouvelle signification. L’ancienne image de l’arbre de vie est devenue un signe du sacrifice du Sauveur sur la Croix, qui a racheté la mort. Les oiseaux célestes sont devenus des symboles du Ciel, les silhouettes des chapitres d’église des images de la Jérusalem céleste, et les encensoirs stylisés des symboles de la prière incessante.

Au tournant des XIXe et XXe siècles, les roushniki ont commencé à porter des inscriptions alphabétiques, le plus souvent une prière naïve et laconique adressée à Dieu par un artisan paysan.

D’après : https://ruvera.ru/news/tkanaya_letopis_zemli_bryanskoiy

Illustration de l’article : offrande du pain dans un foyer vieux-croyant à Yartsevo, région de Smolensk

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.