Conférence “L’ancien rite dans la vie de l’Eglise orthodoxe russe”.


Le 18 mai 2021, dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, dans le cadre des XXIХèmes lectures éducatives internationales, a eu lieu la nouvelle conférence sur “Le vieux rite dans la vie de l’Église orthodoxe russe – passé et présent”.

Il convient de noter qu’en raison des restrictions imposées aux manifestations publiques dues à l’épidémie de COVID-19 en janvier 2021, les lectures éducatives internationales de Noël initialement prévues en janvier ont été reportées cette année du 16 au 19 mai.

D’ailleurs, l’épidémie se fait toujours sentir. Ainsi, selon des informations officieuses reçues des participants à la conférence, le père Jean Mirolyubov, conservateur depuis de nombreuses années et organisateur de rencontres coreligionnaires, également recteur de l’église de la Protection à Rubtsov, a été atteint par le COVID-19, et hospitalisé.

Comme les années précédentes, la conférence était présidée par le Métropolite George (Danilov) de Nizhny Novgorod et Arzamas, il était assisté par l’Archiprêtre Evgeny Sarancha, clerc de l’église coreligionnaire du village de Mikhailovskaya Sloboda, région de Moscou.

Au début de la conférence, le métropolite George a noté que l’épidémie actuelle montre une fois de plus à quel point toutes les intentions et tous les plans humains sont fragiles devant la providence de Dieu.

Il convient de noter que la conférence de cette année a été nettement moins bien fréquentée que la précédente. Il est difficile de dire ce qui en est la cause : la maladie de l’organisateur Père Ioann Mirolyubov, le report de la conférence, une situation épidémique difficile ou d’autres circonstances. Seuls six rapports ont été livrés au lieu des huit prévus. En même temps, les rapports ont été très instructifs et bien accueillis.

Les trois premiers, soit la moitié d’entre eux, portaient sur l’histoire du développement et des changements de certains rites liturgiques et séquences de prières de la vieille Russie. Les présentateurs sont d’éminents spécialistes contemporains de l’histoire de la liturgie vieille-russe, et ils interviennent régulièrement lors de conférences coreligionnaires. De plus, ces questions ont une signification non seulement théorique mais aussi pratique pour l’Edinoverie (coreligion) contemporaine, car certaines communautés ne se contentent pas de répéter les pratiques liturgiques des communautés contemporaines de Vieux Croyants, mais tentent de restaurer les coutumes et rites liturgiques médiévaux à partir des anciens manuscrits. En écoutant ces rapports, l’invalidité des vues naïves de certains Vieux Croyants, selon lesquelles les rites liturgiques sont restés inchangés dans l’ancienne Russie avant les réformes du patriarche Nikon, devient évidente. Selon les recherches, les rites et cérémonies liturgiques ont changé au fil des siècles à Byzance et en Russie, avec des ajouts, ou des suppressions. Ce processus se déroulait à des rythmes différents selon les endroits, de sorte qu’il n’y avait pas d’uniformité dans les livres liturgiques manuscrits, et avant les réformes du milieu du XVIIe siècle, cela n’était pas considéré comme un problème.

Le désaccord avec l’édition des livres liturgiques sous le patriarche Nikon et avec le rite modifié n’était qu’une manifestation extérieure et visible du rejet de certains changements ecclésiastiques qui, selon les Vieux Croyants, affectaient l’essence même de la foi. Il en découle également la naïveté de l’idée, répandue parmi les coreligionnaires, que l’unité avec les Vieux Croyants ne peut être réalisée que sur la base du rite ecclésiastique antérieur au raskol.

Le premier rapport de Gleb Borisovich Pechenkin, recteur de l’Église de l’Intercession-de-la-Vierge à Rubtsov et directeur de la Société de chant vieux-russe, concernait la Grande Entrée lors de la liturgie des Dons Présanctifiés, pendant le chant de l’hymne des chérubins “Maintenant est la puissance du ciel…“. Afin que toutes les personnes présentes puissent mieux comprendre de quel hymne des chérubin il était question, l’orateur ainsi que Vera Grigorieva ont chanté son début dans la tradition pomorienne Naonic. Lors de la célébration de la Grande Entrée dans la liturgie des présanctifiés, des questions se posent, causées par le fait qu’il existe des divergences entre les manuscrits médiévaux, les instructions statutaires, la pratique moderne des Anciens et des Nouveaux Croyants.

Dans la tradition moderne des Vieux Croyants, fixée dans les livres de chants de Kalashnikov, publiés au début du 20e siècle, le chant de l’hymne des chérubins est interrompu par trois acclamations – “Que le Seigneur Dieu se souvienne de vous tous…” avant les mots “Par la foi et avec crainte…”. Dans les manuscrits médiévaux, il n’y a aucune mention d’une pause dans le chant, et les notations dans certains manuscrits, qui pourraient soi-disant indiquer une telle pause, sont placées différemment, et il n’y a pas d’uniformité. Selon l’auteur, nous devrions être guidés par la pratique moderne des Vieux Croyants, bien qu’il soit possible que la pratique orthodoxe moderne, lorsque les acclamations des Chérubins du Grand Carême sont chantés sans interruption du chant, corresponde à une tradition plus ancienne.

Veronika Grigorieva, responsable de l’Église de l’Intercession-de-la-Vierge à Rubtsov et professeur associé à l’université orthodoxe des sciences humaines Svyato-Tikhonovsky, a fait un rapport sur les spécificités de la Mise au Tombeau le samedi saint.

Ce rite s’est développé en Russie progressivement sur plusieurs siècles. Jusqu’à la moitié du XVe siècle, l’icône de la Déposition du Christ dans le Tombeau était placée le matin du Grand Sabbat, à partir de la moitié du XVe siècle, il y a des références au baiser de l’icône pendant le chant du verset “Venez, réjouissons Joseph …”. Au XVIe siècle, à la place de l’icône, on utilisait dans certains endroits un linge brodé (linceul) tiré de l’Évangile, et au début du XVIIe siècle apparaissait le linceul brodé désormais habituel. Cependant, au milieu du XVIIe siècle, le rite de la réalisation du linceul n’était pas uniforme, deux traditions coexistaient. Tous deux sont mentionnés dans divers monuments pré-iconiques. Dans le Codex “L’oeil de l’Eglise” de 1641, les deux traditions sont mentionnées, et par conséquent le chant du verset “Venez, réjouissons Joseph …” est mentionné deux fois. Selon la tradition monastique, lors des matines du samedi saint, au milieu de l’église, sur le lutrin, on plaçait l’icône ” La déposition du Saint-Sépulcre “. Il n’y avait pas de procession autour de l’église avec l’icône, on embrassait celle-ci après la fin des matines. Cette tradition, dans la version des “bespopovtsy” (sans prêtre), se rencontrait dans l’ermitage Vygovskaya et, en raison de son autorité, elle a été acceptée par l’ensemble de la communauté sans prêtre. Par la suite, au XXe siècle, elle a été confirmée dans les calendriers de l’église publiés par les prêtres.

Selon la pratique des conseils municipaux au milieu du XVIIe siècle, la tradition du Sobor, le Grand Samedi, à l’heure des matines, on sortait le linceul, avec lequel on faisait une procession autour de l’église, puis, avant la Paremia, l’Apôtre et la lecture de l’Évangile, on se mettait à embrasser le linceul.

Chez les Vieux Croyants, cette tradition a été préservée par les “popovtsy” (avec prêtre) et enregistrée plus tard dans la “Règle” de l’évêque Arseniy de l’Oural.
Le linceul des popovtsy se produisait dans l’église avant les vêpres du samedi saint, probablement apporté par le clergé en fuite au XIXe siècle et emprunté à la pratique des Nouveaux Croyants.

Le prêtre Michael Zheltov, professeur associé à l’Académie de théologie de Moscou, a consacré sa présentation à l’histoire du rite funéraire dans l’Église russe.

Extrait traduit de l’article : https://ruvera.ru/articles/ocherednaja_konferencija_staryj_obrjad_v_zhizni_rpc_2021

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.