La ceinture et la croix de baptême chez les vieux croyants ne doivent jamais être ôtées.

Dans le sacrement du baptême, chacun de nous est vêtu d’une croix pectorale et d’une srachitsa (chemise) avec une ceinture. La croix et la ceinture ne sont jamais retirées comme accessoires du saint baptême.Dans la province de Novgorod, une large ceinture de lin – un «émerillon» – était enroulée autour du nouveau-né, et au baptême, la marraine donnait à l’enfant une croix et une ceinture, qui étaient sensées protéger de toute adversité et conservées toute la vie. Après le baptême, la mère du nouveau-né en signe de gratitude faisait l’offrande d’un gâteau au parrain et à la marraine (baptisés), enveloppé dans une serviette et attaché avec une ceinture de laine.Les vieux croyants ont toujours attaché une importance particulière à la coutume de porter une ceinture. Sans ceinture, un chrétien ne pouvait rien faire. Il existe deux types de ceintures – «inférieure» et «supérieure». La ceinture “inférieure” est plus simple et non décorée. Elle se porte au baptême sur le corps nu. Elle est portée toute la vie et n’est même pas ôtée durant le bain. La ceinture «supérieure» ceinturait le vêtement extérieur.La séparation du bas et du haut par la ceinture, ainsi que les côtés droit et gauche, n’a pas encore perdu de son sens. La ceinture n’est pas seulement un attribut du vêtement, mais signifie également la volonté de servir Dieu. Sans ceinture, vous ne pouvez ni prier ni vous endormir.

“Marcher sans ceinture est un péché”

L’attitude appropriée envers une personne qui néglige la tradition consacrée par l’antiquité a été préservée. Par exemple, le mot «déboucler» signifie: détacher sa ceinture, et par conséquent, devenir licencieux, perdre toute retenue.Déboucler une personne, c’est la déshonorer. C’est pourquoi les gens qui se sont comportés de manière indigne ont été appelés débouclés, c’est-à-dire se privant volontairement de dignité. «La ceinture est toujours considérée comme un objet sacré … et n’est enlevée ni de jour ni de nuit», écrivent des chercheurs qui étudient les traditions russes.Il était considéré comme extrêmement indécent pour un homme sans ceinture de se trouver parmi le peuple, ou en société. En lui enlevant la ceinture lors d’une fête, le petit-fils de Dmitry Donskoy Vasily Kosoy (milieu du XVe siècle) reçut une insulte grave, ce qui a servi de prétexte pour le déclenchement d’une guerre.Il y avait ce dicton parmi les gens: «Pourquoi marchez-vous sans ceinture comme un Tatar?! C’est un péché de marcher sans ceinture. ” Autrement dit, une personne qui marche sans ceinture, dans l’esprit populaire, cesse non seulement d’être chrétien, mais également d’être russe. Marcher sans ceinture était condamnable à tous niveaux : dans le folklore russe «sans ceinture», toutes sortes de mauvais esprits rôdent. A propos d’une personne qui “n’a pas honte”, ils disent: “complètement dépourvu de ceinture”.De plus, les personnes marchant sans ceinture étaient associés à la sorcellerie, en liaison avec des forces impures. A titre d’exemple, les sirènes sont traditionnellement décrites comme vêtues de chemises blanches, mais l’absence de ceinture est toujours soulignée.