La Croix du Christ


La Croix est le gardien de l’univers entier, La Croix est la beauté de l’Eglise, La Croix est la puissance du roi, La Croix est l’établissement fidèle, La Croix est la gloire des anges, La Croix est le fléau des démons.

(Luminaire pour l’exaltation de la Sainte Croix)

La Croix du Seigneur est le signe de la victoire sur la mort et les puissances de l’enfer, la bannière royale du Christ Dieu, précédant sa glorieuse apparition dans la Sainte Résurrection, comme il est dit dans le synaxaire de la Semaine Sainte. La Croix est notre bouclier et notre arme contre les ennemis invisibles et nos propres passions et défauts spirituels et corporels, dans laquelle nous trouvons la véritable force et puissance spirituelle alors que nous cherchons à suivre notre Sauveur. En honorant la Croix et la souffrance du Seigneur, nous versons des larmes de tristesse et de joie, dans l’espoir de notre renouveau intérieur et de notre résurrection, qui auraient été impossibles sans le Grand Sacrifice accompli il y a deux mille ans sur le Golgotha.

La religion chrétienne est une religion de “croisade”, comme le dit l’apôtre Paul : “Il vous a été donné, à cause du Christ, non seulement de croire en lui, mais encore de souffrir pour lui” (Phil. 1:29). Et “c’est par de nombreuses tribulations que nous devons entrer dans le royaume de Dieu” (Actes 14, 22). Porter sa propre croix, c’est-à-dire crucifier les convoitises et les désirs corporels, est la voie étroite et resserrée du salut pour tout chrétien. En adorant la Sainte Croix du Seigneur et en “regardant vers Jésus, source et fin de notre foi, qui a enduré la croix au lieu de la joie qui lui était réservée” (Hébreux 12,2), nous nous enhardissons en esprit et acquérons le courage de l’œuvre, afin de rejeter la vanité et l’amour-propre et de suivre patiemment les traces des saints pères, qui nous ont laissé une image et un exemple dignes d’être suivis.

Jésus-Christ est apparu une fois en rêve au roi Constantin le Grand (27 février 272 – 22 mai 337) avec un signe visible dans le ciel et lui a ordonné de fabriquer une bannière semblable à celle vue dans le ciel, de l’utiliser pour se protéger des attaques des ennemis. La bannière avait l’aspect suivant : sur une longue lance recouverte d’or se trouvait une lance transversale qui formait le signe de la croix avec la lance et sur celle-ci les deux premières lettres du nom “Christ” combinées ensemble. Le roi Constantin a ordonné que le signe du Christ soit brodé sur la bannière avant la bataille sur le pont de Milvia.

Le 28 octobre 312, l’armée du roi est victorieuse à l’issue de cette bataille et Constantin le Grand devient le seul souverain de la partie occidentale de l’Empire romain. L’importance mondiale de cette bataille est qu’elle a conduit à la légalisation du christianisme et à sa transformation en religion d’État.

Les lettres du nom du Christ, appelées plus tard “monogramme de Constantin”, étaient également portées par le roi sur son casque. Après l’apparition miraculeuse, le roi Constantin ordonna que les images de la croix soient peintes sur les boucliers de ses soldats et fit ériger à Constantinople trois croix commémoratives portant l’inscription dorée en grec “IC.XP.NIKA”, qui signifie “Jésus-Christ – Vainqueur”. Il a installé la première croix avec l’inscription “Jésus” sur les portes triomphales de la place de la ville, la deuxième avec l’inscription “Christ” sur une colonne romaine, et la troisième avec l’inscription “Vainqueur” sur une haute colonne de marbre sur la place marchande de la ville. C’est le début de la vénération générale de la croix du Christ.

Les premières images codifiées de la croix ont été découvertes dans des catacombes romaines des deuxième et troisième siècles. Les premières représentations de la croix étaient ses trois formes implicites : la croix en forme de lettre grecque T (“Tau”, la croix de Pierre), la croix à quatre pointes, composée de deux parties égales, pliées au milieu à angle droit (+), et la croix en forme de lettre X (la croix de l’apôtre André). La vraie forme de la croix n’a pas été utilisée au début par crainte des païens, afin que le symbole sacré ne soit pas profané.

Comme le monde chrétien avait la possibilité de réaliser légalement des images de la croix, les inscriptions cryptées et les christogrammes n’ont pas disparu, et en complément des croix elles-mêmes, la croix a été représentée sous sa véritable forme, octogonale, avec l’image du Sauveur.

Une tradition est arrivée en Russie : à partir du XIe siècle, sous la pointe courbée inférieure d’une croix à huit extrémités ( que l’on dressait dans les églisesv), se trouve une image symbolique de la tête d’Adam, enterrée, selon la tradition, sur le Mont Golgotha.

En bas, sous les pieds du Sauveur, un marchepied est représenté ; au sommet de la croix, une planche portant les lettres initiales de l’inscription de Pilate “Jésus de Nazareth, roi des Juifs” (I.N.C.I.) ou l’inscription “Jésus-Christ” est apposée.

La vénération de la Sainte Croix se fait trois fois par an : le premier jour du jeûne de la Dormition (14 août du calendrier civil), où l’on célèbre ” l’Origine de la Croix vivifiante et honnête “, la double fête de l’Exaltation de la Sainte Croix (27 septembre du calendrier civil) et la troisième semaine du Grand Carême (l’Intercession de la Croix).

Source : https://ruvera.ru/krest

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.