L’antique usage russe de préparation à la prière

Dans l’Église russe, avant le début des réformes nikoniennes du XVIIe siècle, il existait une pieuse coutume dite des sept saluts d’entrée, qui est toujours strictement observée dans la tradition du rite ancien, ainsi que dans les paroisses coreligionnaires (communautés vieilles-ritualistes du Patriarcat de Moscou). Il s’agit d’un petit rituel composé de courtes prières, d’un signe de croix, de saluts et de prosternations, effectué avant et après la règle de la prière, à l’entrée et à la sortie de l’église, ainsi qu’avant le début de tout travail. Dans cet article, nous parlerons de cette tradition et des raisons pour lesquelles elle est si importante dans l’Edinoverie (coreligionnaires).

Préparation à la prière

Dans l’ancienne église russe, la vie d’un chrétien était imprégnée de l’expérience de l’église et illuminée par la prière. Cependant, dans l’esprit de nos ancêtres, l’opinion selon laquelle la vie dans le monde est totalement sans grâce et pleine de vanité prévalait, de sorte que vous ne pouvez pas commencer une prière et participer à un service divin tel que vous êtes. Vous devez plutôt accomplir un certain nombre de rites préparatoires. L’un de ces rites consiste à se vêtir de vêtements de prière spéciaux. Les hommes portent des kaftans spéciaux sur leur chemise, les femmes viennent dans des robes plus élégantes que les robes ordinaires, ainsi que des foulards à épingles couvrant le cou et les épaules. De tels vêtements étaient considérés comme plus appropriés pour le service divin, et les aidaient à être plus à l’écoute de Dieu et à mettre de côté tous les soucis terrestres. Il convient de noter que cette pratique des vêtements de prière est commune à toutes les religions traditionnelles. Elle est venue en Russie par l’Empire byzantin et équivaut à la tradition du clergé de s’habiller avec des vêtements sacrés avant de débuter les services. Le fait de se parer de vêtements de prière servait de première étape dans la conversion des pensées, et la mise en condition pour la prière, étape qui était renforcée par les sept inclinaisons.

L’idée d’une séquence de prières initiales spécifique est de recueillir les pensées vagabondes, de calmer ses passions et de se concentrer sur ce qui se passe dans l’église avant le début du service lui-même. À l’origine, cette séquence de prières initiales consistait en une bénédiction sacerdotale, le Roi des Cieux, le Trisagion jusqu’au Notre Père et le “Seigneur aie pitié” répété 12 fois. De nombreux services divins de l’Église ancienne avaient des prières préparatoires similaires, dont nous avons parlé plus en détail dans [le début habituel des prières].

Cependant, en temps voulu, les prières préliminaires ont fini par être perçues comme faisant partie intégrante du service. Ainsi, dans la conscience ecclésiale de la Russie antique, il était nécessaire de procéder à une nouvelle introduction individuelle initiale, que représentait les sept saluts d’entrée. Leur histoire est très ancienne : le rite est déjà consigné dans des manuscrits, en particulier dans la collection de Cyril Belozersky (†1427). Cette séquence de prière était considérée comme un strict minimum, lorsqu’il n’était pas possible de suivre les Prières de minuit le matin et les Complies le soir, qui remplacent les prières du matin et du soir plus familières, composées jusqu’au XIXe siècle, pour les pieux croyants coreligionnaires. L’attitude révérencieuse à l’égard de l’observance des sept saluts d’entrée est même considérée comme un trait distinctif des anciens croyants, par lequel ils se distinguent des orthodoxes modernes, qui ne prient pas selon l’ancien rite. Il est bien connu que certains courants parmi les Vieux Croyants, appelés soglasie, utilisent même les sept saluts d’entrée comme règle d’admission dans leurs communautés (par exemple chez les Spasovtsi).

Structure des sept saluts d’entrée


Les sept saluts d’entrée commencent par la prière du publicain, et chaque prière est accompagnée d’un signe de croix et d’une inclinaison.

Dieu, aie pitié de moi, pécheur (inclinaison).

O Seigneur qui m’a créé, aie pitié de moi (inclinaison).

J’ai péché d’innombrables fois, Seigneur, aie pitié de moi, et pardonne-moi, pécheur (inclinaison).

Il est vraiment juste et digne de Te louer, O Théotokos, la plus immaculée et la très-pure Mère de notre Dieu. Plus honorable que les chérubins et vraiment plus glorieuse que les séraphins; toi qui sans tache a donné naissance à Dieu le Verbe, vrai Mère de Dieu, toi que nous exaltons. (toujours suivie d’une prosternation).

Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit (inclinaison).

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen (inclinaison).

Seigneur, aie pitié ; Seigneur, aie pitié ; Seigneur, bénis (inclinaison).

Les sept saluts d’entrée se terminent par un petit renvoi : “Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, par les prières de Ta Mère très pure, par la puissance de l’Honorable et Vivifiante Croix, mon Saint Ange Gardien, et tous les saints, aie pitié de moi et sauve-moi pécheur, car Tu es bon et Ami des hommes. Amen “(prosternation sans le signe de croix). Si les sept saluts d’entrée concluent une prière, alors on procédera à trois inclinaisons avec la prière du publicain après le renvoi.

Sans aucun doute, chaque chrétien est libre de choisir comment et quand prier à la maison : que ce soit en utilisant un livre de prières ou en lisant les Psaumes, en utilisant le Livre d’heures ou en priant Dieu avec ses propres mots. Cependant, la connaissance des traditions de son Église, le désir de partager l’expérience des chrétiens qui ont vécu et plu à Dieu avant nous, peuvent également porter du fruit. Une préparation spéciale à une règle de prière peut aider à considérer la communication quotidienne avec Dieu de façon plus respectueuse et responsable, et éviter qu’elle ne devienne une routine

Source : blog.obitel-minsk.com

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.