Le temps de mourir..

Ma jeunesse s’est déroulée dans le bruit et les distractions. L’argent coulait à flots, et je faisais ce que je voulais. Mais un jour, j’ai fait un rêve étrange : clairement, comme dans la réalité, un ancien vient à moi, s’approche de moi, me prend la main et, montrant l’horloge qui se trouvait contre mon lit, me demande : “Quelle heure est-il maintenant ? – Sept heures et demie”, ai-je répondu. – Dans exactement trois ans, tu mourras. – Et de nouveau, l’Ancien demanda : “Quelle heure est-il ? – Sept heures et demie. – Dans trois ans, tu mourras. – Puis le vieil homme demanda encore : – Quelle heure est-il ? – Sept heures et demie, – je réponds avec irritation. – Dans trois ans, tu mourras.

Je me suis réveillé, j’ai allumé un feu et regardé ma montre. Il était sept heures trente-cinq, donc l’apparition de l’Ancien s’était produite exactement à sept heures et demie. Je me suis habillé, j’ai sonné que l’on l’apporte le samovar. – Qu’y a-t-il, Pavel Ivanovitch, pour que vous vous soyez levé si tôt aujourd’hui ? – dit le valet de pied. – Je n’ai plus envie de dormir. Je me suis versé une tasse de thé mais je n’ai pas pu la boire. N’ai-je vraiment que trois ans à vivre ? Et puis la mort. Seigneur, comme c’est dur et affreux. Vers midi, un de mes camarades est venu me voir : ” Tu sais, la nouvelle : un grand collectif organise un pique-nique, ça va être sympa ! “. Je voulais t’inscrire sans attendre, mais j’ai décidé tout de même de te demander avant. – Combien par personne ? – C’est rien, cinquante roubles chacun. – Si vous m’aviez inscrit sans demander, vous auriez dû payer pour votre propre inscription aussi ! – Comment, depuis quand es-tu devenu un Pliouchkine (*) ? – Je ne suis pas devenu un Pliouchkine, mais je ne me sens pas bien. J’ai très mal à la tête, pas le temps de faire un pique-nique. – Oh, pauvre homme ! Bien sûr, un homme malade ne peut pas s’amuser.
Il est vite parti. Depuis lors, la pensée de la mort ne m’a jamais quitté. J’ai commencé à fuir la compagnie des camarades, à éviter tout amusement. Cependant, je n’ai pas rompu avec tout en même temps.

Le monde est un tel monstre que si vous vous retournez contre lui brutalement, il vous mettra en pièces. Et c’est ainsi que j’ai commencé à me libérer progressivement des liens du monde, de plus en plus facilement, pour finalement m’en libérer complètement. J’ai arrêté de rendre visite à la plupart de mes anciens amis. J’ai gardé des liens avec deux ou trois familles pieuses, auxquelles je rendais visite occasionnellement.

Trois ans ont passé et le 17 septembre est arrivé, un jour mémorable pour moi où j’ai aperçu le vieil homme. Dès le matin, je me suis rendu dans un monastère, je me suis confessé et j’ai reçu la Sainte Communion. Après la communion, je suis resté debout dans l’église et j’ai pensé : ” Je crois que je vais tomber. – Mais je ne l’ai pas fait.
Cependant, les mots de l’aîné se sont avérés vrais. Je suis mort ce jour-là, mais je suis mort au monde…

Saint Barsanuphe d’Optina

(*) Pliouchkine est un personnage du roman de Nikolaï Gogol, « les âmes mortes » (1842). Russe aristocrate, il vit dans une maison au désordre impressionnant, traverse la contrée à la recherche de toute sorte de fatras et accumule ses trouvailles dans son logement.

Si cet article vous a plu, vous pouvez soutenir TIKHON sur Tipeee.