Vivre dans le monde : une prouesse ascétique.

La situation de l’orthodoxe, du chrétien orthodoxe qui vit dans le monde actuel, peut être décrite, sans aucune exagération, comme extrêmement difficile. De nos jour, l’existence, dans toutes ses tendances, d’une manière ou d’une autre, s’oppose à la personne qui essaie de vivre selon les enseignements de l’Église orthodoxe. Dans ce qui se passe autour de nous, dans notre cadre de vie, dans notre environnement hétérodoxe, tout est essentiellement un déni total du christianisme. Si, au début de l’ère chrétienne, le disciple bien-aimé du Christ, saint Jean le Théologien, pouvait écrire: “… le monde entier est sous la puissance du malin” (I Jean 5:19), alors combien plus justifiés sommes-nous en parlant ainsi de notre époque.

Être un vrai chrétien orthodoxe, prêt à conserver jusqu’à la mort sa foi en Christ notre Sauveur, est beaucoup plus difficile de nos jours que ça ne l’était dans les premiers siècles du christianisme. Il est vrai qu’il y a eu des persécutions à l’époque et que les chrétiens ont été tourmentés, mais les chrétiens se sont bien souvenus des paroles du Sauveur: “… ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne sont pas capables de tuer l’âme” (Matt. 11:28). Fortifiés par la grâce de Dieu, ils sont allés joyeusement à leur martyre et ont abandonné leur vie pour le Christ. Ce fut également le cas en Russie avec les tortures et les persécutions. Maintenant personne ne nous menace de persécution ou de torture, vivant ici dans la liberté, mais malgré cela, des persécutions de toutes sortes se perpétuent encore contre le christianisme et contre le mode de vie chrétien. Aujourd’hui, nous voyons que tout ce qui est lié à la foi en Dieu, à l’enseignement de la Parole de Dieu, aux enseignements du Christ et aux enseignements de l’Église orthodoxe, d’une manière ou d’une autre, est éradiqué de notre vie. Ce processus qui se déroule dans le monde contemporain est un processus d’apostasie, et il peut être décelé dans tous les aspects de la vie.

L’Ancien Testament dit: “Or, Dieu a créé l’homme pour l’incorruptibilité, il a fait de lui une image de sa propre identité. C’est par la jalousie du diable que la mort est entrée dans le monde ; ils en font l’expérience, ceux qui prennent parti pour lui.” (Sagesse 2: 23-25).

Nous avons reçu notre sainte foi chrétienne afin que nous puissions obtenir la vie éternelle dans la béatitude. Mais pour se conformer parfaitement à l’esprit du Fondateur de notre foi, le Christ notre Sauveur, et à son enseignement, pour se purifier réellement moralement, pour accroître sa vertu, pour se familiariser avec la perfection spirituelle, tout cela exige une coopération spéciale et pleine de grâce venant du Ciel, en plus des propres efforts du croyant. Cette coopération remplie de grâce est appelée sanctification et nous est donnée par le Seigneur. Il est réalisé par le Saint-Esprit dans la sainte Église fondée par notre Seigneur Jésus-Christ pour notre sanctification et notre salut.

Vous et moi sommes enfants de l’Église orthodoxe russe. La question se pose, vivons-nous comme les chrétiens orthodoxes sont censés vivre? Non, nous sommes loin de vivre comme nous le devrions.

Lors de notre saint baptême, nous avons fait des vœux (si nous étions baptisés enfants, nos parrains les ont donnés en notre nom), nous avons fait un contrat avec le Christ et de cette manière nous sommes devenus ses enfants, ses serviteurs, les enfants de Dieu. Au baptême, la sainte Eglise chante: “Tous ceux qui ont été baptisés en Christ ont revêtu le Christ. Alleluia.”

Par conséquent, puisque nous appartenons à Dieu, nous devons vivre selon les commandements de Dieu, conformément aux enseignements du Christ et aux lois de l’Église. Nous sommes baptisés, nous sommes des chrétiens orthodoxes mais nous ne savons pas grand-chose de notre foi orthodoxe.

Tous ceux qui sont nés au sein de la sainte Église par le saint baptême sont nés dans une vie nouvelle. Ils grandissent et sont élevés dans l’Esprit de Vérité et reçoivent dans la vie spirituelle des dons remplis de grâce pour la vie sur terre, avec la promesse de dons éternels pour la vie future. Ainsi, vivre dans l’Église est une condition essentielle du développement moral d’un chrétien.

L’Église du Christ a été fondée par notre Seigneur le Sauveur et il nous a montré le chemin par lequel nous devons aller vers lui, et il nous a montré comment suivre son enseignement. Il a dit: “Je suis le chemin, la vérité et la vie” (Jean 14: 6). Par conséquent, nous devons suivre ce chemin, que nous a indiqué notre Sauveur.

Chaque chemin et chaque action exige un podvig (prouesse), c’est-à-dire une lutte ascétique. Par conséquent, notre sainte foi orthodoxe est une foi ascétique exigeant un travail ascétique dans la lutte contre nos passions et nos convoitises pécheresses.

Comment devons-nous vivre et lutter? Notre Seigneur Jésus-Christ lui-même montre un exemple: “Car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je vous ai fait” (Jean 13:15). Les saints nous donnent également un exemple.

Dans son sermon sur la montagne, notre Seigneur Jésus-Christ nous donne toute l’essence de l’enseignement évangélique. Cela se trouve dans les cinquième, sixième et septième chapitres de l’Évangile de saint Matthieu. Dans les Béatitudes, le Seigneur nous enseigne que nous devons naître de nouveau spirituellement et ainsi nous préparer à la béatitude de la vie éternelle dans les demeures célestes. Le premier pas vers cela est de reconnaître sa vacuité spirituelle, son état de pécheur et son absence de valeur, de devenir humble. C’est pourquoi “heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux” (Matthieu 5: 3). Mais seuls ceux qui observent tous les commandements y parviendront. “Tous ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur, n’entreront pas dans le royaume des cieux, mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 7:21).

Pour suivre le chemin que notre Seigneur a indiqué dans le saint Evangile, nous devons nous contrôler, nous sonder et nous éprouver nous mêmes.

Le saint évêque Théophane le Reclus a dit:

Le vrai chrétien se met à l’épreuve chaque jour. Des épreuves quotidiennes pour voir si nous sommes devenus meilleurs ou pires sont si essentiels pour nous que sans cela, nous ne pouvons pas être appelés chrétiens. Nous devons constamment et avec persévérance nous prendre en main. Faites ceci: dès le matin, établissez fermement des pensées sur le Seigneur dans votre esprit, puis pendant toute la journée, résistez à toute déviation de ces pensées. Quoi que vous fassiez, avec qui vous parlez, que vous alliez quelque part ou que vous soyez assis, laissez votre esprit être avec le Seigneur. Vous vous oublierez parfois et vous vous éloignerez de ce chemin; mais tournez-vous de nouveau vers le Seigneur et repentissez-vous avec tristesse. C’est le podvig de l’attention spirituelle.

Saint-Jean de Cronstadt a dit:

Chaque jour, heure et minute, gardez une stricte surveillance et considérez chaque pensée, désir et mouvement du cœur, chaque mot et action, et ne vous laissez pas souiller par une pensée, un désir ou un mouvement pécheur de l’imagination, en paroles ou en actes, sachant que le Seigneur est le Juge juste qui vous juge à chaque instant et évalue l’homme intérieur. Restez continuellement pur pour Dieu.

Maintenant, la question se posera: comment savoir exactement ce qui est péché et dans quelle mesure, afin de savoir clairement et distinctement si l’on a péché, et à quelle fréquence, et d’examiner de manière critique sa vie comme un juge strict et non hypocrite?

Mgr Théophane conseille ce qui suit:

Pour ce faire, mettez la loi de Dieu d’un côté et votre propre vie de l’autre, et voyez où elles sont similaires et où il n’y a pas de ressemblance. Prenez vos actes et soumettez-les à la loi pour voir s’ils sont permis, ou prenez la loi et voyez si elle est appliquée dans votre vie. Pour ne rien omettre dans cette question importante, vous devez avoir un système ordonné. Asseyez-vous et rappelez-vous tous vos devoirs envers Dieu, vos voisins et vous-même, puis parcourez votre vie en relation avec tout cela. Ou vous pouvez passer par les dix commandements et les béatitudes, l’un après l’autre, et voir si votre vie est en accord avec eux. Ou lisez les parties de l’Évangile de saint Matthieu où le Sauveur expose la loi strictement chrétienne, ainsi que les épîtres de saint Jacques et les épîtres de saint Paul, en particulier aux Romains et aux Éphésiens. Lisez tout cela et vérifiez votre propre vie, comment elle se conforme. Ou, enfin, prenez le rite de la Confession et comparez votre propre comportement. Le résultat d’un tel examen de sa vie est de révéler un grand nombre d’actes, de paroles, de pensées, de sentiments et de désirs qui étaient contre la loi mais qui étaient autorisés, même s’ils n’auraient pas dû l’être; un grand nombre qui aurait dû être fait mais qui ne l’ont pas été, et beaucoup qui l’ont été conformément à la loi mais qui se sont avérés souillés par un motif impur. De tout cela, vous en rassemblerez un grand nombre, et même votre vie entière, peut-être, ne sera composée que de mauvaises actions.

Quelqu’un dira peut-être que tout cela n’est pas nécessaire pour tous les chrétiens, mais seulement pour les moines. Mais non, c’est pour tout le monde! Une personne est un chrétien non pas par son appel, mais par son mode de vie. Nous tous, pas seulement les moines, devons penser et nous préoccuper de notre salut. La loi de l’Évangile est donnée pour tous.

En réponse à la question, comment un chrétien doit-il vivre, comment devons-nous agir et nous comporter? l’Apôtre Paul nous en parle. Ses paroles, adressées aux Éphésiens, nous sont également adressées:

Imitez Dieu, puisque vous êtes des enfants qu’il aime ; vivez dans l’amour, comme le Christ nous a aimés et s’est livré lui-même à Dieu pour nous, en offrande et victime, comme un parfum d’agréable odeur. De débauche, d’impureté, quelle qu’elle soit, de cupidité, il ne doit même pas être question parmi vous ; cela va de soi pour des saints. Pas de propos grossiers, stupides ou scabreux : c’est inconvenant ; adonnez-vous plutôt à l’action de grâce. Car, sachez-le bien, le débauché, l’impur, l’accapareur — cet idolâtre — sont exclus de l’héritage dans le Royaume du Christ et de Dieu. Que personne ne vous dupe par de spécieuses raisons : c’est bien tout cela qui attire la colère de Dieu sur les rebelles. Ne soyez donc pas leurs complices. Autrefois, vous étiez ténèbres ; maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Vivez en enfants de lumière. Et le fruit de la lumière s’appelle : bonté, justice, vérité. Discernez ce qui plaît au Seigneur. Ne vous associez pas aux oeuvres stériles des ténèbres ; démasquez-les plutôt. Ce que ces gens font en secret, on a honte même d’en parler ; mais tout ce qui est démasqué, est manifesté par la lumière, car tout ce qui est manifesté est lumière. C’est pourquoi l’on dit : Eveille-toi, toi qui dors, lève-toi d’entre les morts, et sur toi le Christ resplendira. Soyez vraiment attentifs à votre manière de vivre : ne vous montrez pas insensés, mais soyez des hommes sensés, qui mettent à profit le temps présent, car les jours sont mauvais. Ne soyez donc pas inintelligents, mais comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur. Ne vous enivrez pas de vin, il mène à la perdition, mais soyez remplis de l’Esprit. Dites ensemble des psaumes, des hymnes et des chants inspirés ; chantez et célébrez le Seigneur de tout votre coeur. En tout temps, à tout sujet, rendez grâce à Dieu le Père au nom de notre Seigneur Jésus Christ. Vous qui craignez le Christ, soumettez-vous les uns aux autres (Éphésiens 5: 1-21).

Nous devons nous intéresser à la sainte foi orthodoxe, nous devons l’étudier et vivre en accord avec elle. Nous devons prendre soin de notre salut. Nous le ferons si nous lisons les Saintes Écritures, si nous étudions la loi de Dieu, si nous prions matin et soir et à tout moment, si nous jeûnons, si nous exécutons les commandements de Dieu et les commandements de l’Église.

En plus de cela, nous devons acquérir les vertus chrétiennes – amour, joie, paix, longanimité, générosité, miséricorde, foi, douceur, abstinence, etc. Nous devons aller à l’église, assister aux services divins, être purifiés de nos péchés et soyez sanctifiés par les saints Mystères qui sont donnés par la sainte Église pour notre salut.

Nous pouvons découvrir auprès des saints pères quelle importance la prière devrait avoir pour nous. Les saints, qui, en fait, ont expérimenté la signification de la prière, ont écrit à ce sujet par expérience. Par conséquent, nous devons lire ce qu’ils ont écrit et apprendre d’eux.

Voici ce que saint Jean Chrysostome écrit à propos de la prière:

La prière est un refuge pour ceux qui sont secoués, une ancre pour ceux qui sont secoués par les vagues, un bâton de marche pour les infirmes, un trésor pour les pauvres, un bastion pour les riches, un destructeur de maladies, un conservateur de la santé. La prière garde nos vertus intactes et élimine rapidement tout mal. Si la tentation nous dépasse, elle l’éloigne facilement; si nous perdons une propriété ou quelque chose d’autre, ce qui cause le chagrin de notre âme, cela l’enlève. La prière bannit tout chagrin, suscite la bonne humeur, facilite le bien-être constant. C’est la mère de l’amour de la sagesse. Celui qui peut prier sincèrement est plus riche que tout le monde, même s’il est le plus pauvre de tous. Au contraire, celui qui n’a pas recours à la prière, même s’il est assis sur le trône d’un roi, est le plus pauvre de tous …

Au sujet de la prière à l’église et de la participation aux services religieux, saint Jean Chrysostome dit ce qui suit:

La juste confession des dogmes doit être combinée avec la justice de la vie et des actes afin que nous n’atteignions pas notre salut seulement par moitiés. Rien ne peut aussi faciliter la justice de conduite et la pureté de la vie que d’être ici, à l’église, et d’être attentif sincèrement. De même que le corps a besoin de nourriture, de même l’âme a besoin de l’étude des Écritures divines, car «l’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu» (Matthieu 4: 4). Pour cette raison, ceux qui ne participent pas à ce repas (liturgie) souffrent généralement de la faim. Écoutez comment Dieu menace une telle faim et la place à côté de la punition et de la torture: «Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, l’Eternel, Où j’enverrai la famine dans le pays, Non pas la disette du pain et la soif de l’eau, Mais la faim et la soif d’entendre les paroles de l’Eternel … “(Amos 8:11). N’est-ce pas de la folie de tout faire et de prendre toutes les mesures pour éviter la faim corporelle, mais volontiers encourir la faim spirituelle? Non, je vous en supplie et vous en conjure, ne soyons pas si mal disposés envers nous-mêmes …

Nous accordons très peu d’attention au jeûne, considérant que c’est quelque chose que l’Église a imposé et qui n’a aucune importance. Mais c’est divinement établi. Le commandement de jeûner est aussi vieux que le monde. C’était le premier commandement donné par Dieu à l’homme. Parce que nous n’avons pas jeûné, nous avons été bannis du paradis. Par conséquent, nous devons jeûner pour rentrer au Paradis (Saint Basile le Grand). Ne pas jeûner, c’est être comme des animaux auxpour lesquels une telle chose n’est pas concevable. L’abstinence pour le corps est la nourriture de l’âme (Saint Jean Chrysostome). Nous ne vivons pas pour manger, mais nous mangeons pour vivre et remplir nos devoirs. Notre Seigneur lui-même a jeûné, comme le raconte l’Évangile. Souvent, vous et moi voyons quelqu’un dans le besoin, mais nous passons sans lui répondre et sans l’aider car nous considérons qu’il n’y a pas de personnes vraiment pauvres et personne qui n’en ait vraiment besoin. Mais selon les commandements du Seigneur, nous devons l’aider, nous sommes obligés de faire preuve de miséricorde. Saint Jean Chrysostome dit ceci à propos de la miséricorde:

Considérez la miséricorde non pas pour ce que vous donnez mais pour ce que vous obtenez, non pas comme une perte mais comme un gain, car à travers elle vous recevez plus que vous ne donnez. Si vous donnez du pain, vous recevrez la vie éternelle. Vous donnez des vêtements et recevez la robe de l’immortalité; vous donnez un abri sous votre toit et vous recevez le royaume céleste. Vous donnez des joies périssables et recevez des bénédictions éternelles.

Ainsi, nous voyons que conformément à l’Écriture, conformément aux enseignements de l’Église et des saints Pères, nous devons lutter pour suivre la voie orthodoxe du salut. Les saints apôtres ont enseigné à leurs disciples et nous instruisent également: “Nous devons, par beaucoup de tribulations, entrer dans le royaume de Dieu” (Actes 14:22). Le Seigneur nous dit aussi: “Entrez par la porte droite: car large est la porte, et large est le chemin qui mène à la destruction, et il y en a beaucoup qui y entrent” (Matthieu 7: 13,14) .

Nul doute que beaucoup d’entre vous diront ou penseront: “Eh bien voilà, ils veulent que nous vivions comme des moines ou des ermites. Mais regardez nos amis et connaissances, et chacun autour de nous, ils vivent pour leur propre plaisir, font ce qu’ils veulent, et aucun d’eux ne pense jamais à ce qui est dit ici. Ils ne pensent pas au royaume céleste, à la vie future; ils ne gâchent pas leur humeur par de telles considérations. “

Oui, c’est vrai – ils vivent et ne prêtent aucune attention à la vie spirituelle. Ils ne croient pas à cela ni à la vie future. Par conséquent, il n’y a rien de spirituel en eux, ils n’ont ni paix de l’âme, ni joie spirituelle. Ils n’ont donc pas le sens de la retenue, rien n’a de valeur morale ou spirituelle pour laquelle ils pourraient se retenir, ou pour laquelle ils pourraient lutter. Par conséquent, ils sont liés à la débauche et à la lascivité, au crime, au suicide et à la faillite spirituels.

Nous, les enfants de l’Église orthodoxe, devons nous en méfier et faire attention et fuir tout cela comme le feu.

Sa Béatitude, le métropolite Antoine, fondateur et premier chef de notre Église orthodoxe russe à l’étranger, dans son merveilleux article intitulé “Comment l’orthodoxie diffère-t-elle des dénominations occidentales?” a écrit sur la différence profonde entre notre foi et l’hétérodoxie. Il voit cette différence profonde dans le fait que la foi orthodoxe enseigne comment organiser sa vie selon les exigences de la perfection chrétienne, tandis que l’hétérodoxie ne prend du christianisme que ce qui coïncide avec les conditions de la vie culturelle contemporaine.

L’orthodoxie considère le christianisme comme un fondement éternel de la vraie vie et exige que chacun se brise lui-même et sa vie jusqu’à ce qu’il soit d’accord avec cette norme, mais l’hétérodoxe considère les bases de la vie cultivée contemporaine comme un fait inébranlable, et c’est seulement dans les domaines de ses options personnelles qui lui restent, qu’il indique lesquelles sont les plus appropriées du point de vue chrétien. L’orthodoxie exige l’héroïsme moral – podvig; l’hétérodoxie considère quels éléments du christianisme nous conviendraient dans notre mode de vie actuel. Pour l’orthodoxe, un homme appelé à la vie après la mort dans laquelle la vraie vie commencera, le mécanisme historiquement façonné de la vie contemporaine est une illusion insignifiante, mais pour l’hétérodoxe, l’enseignement de la vie future est une idée élevée, ennoblissante, un idéal qui aide à organiser toujours mieux notre vraie vie ici.

Ces remarques remarquables du métropolite Antoine soulignent clairement et distinctement cet abîme sans fond qui sépare la vraie foi chrétienne – l’orthodoxie – de sa déformation – l’hétérodoxie.

L’orthodoxie est un podvig, un effort pour l’éternité, tandis que dans l’hétérodoxie, nous voyons un fort attachement à la terre, à la foi dans le progrès humain.

Vladyka Antoine souligne en outre que la foi orthodoxe est une foi ascétique, que:

L’âge d’or que les adorateurs de la “superstition du progrès ” attendent sur terre est promis par le Sauveur dans la vie à venir, mais ni les Latins ni les protestants ne veulent l’accepter pour la simple raison que (parlant ouvertement) ils croient faiblement à la résurrection et croient fermement au bonheur de la vie présente, que, au contraire, les apôtres appellent une vapeur qui s’évanouit (Jacques 4:14). C’est pourquoi l’Occident pseudo-chrétien ne veut pas et ne peut pas comprendre la négation de cette vie par le christianisme, qui nous ordonne de lutter, ayant remis le vieil homme avec ses actes et ayant revêtu le nouveau, qui se renouvelle après l’image de Celui qui l’a créé »(Colossiens 3: 9-10).

Si nous devions suivre toutes les erreurs de l’Occident, aussi bien celles qui sont entrées dans son enseignement de la foi que celles inhérentes à sa morale … nous verrions qu’elles sont toutes enracinées dans une incompréhension du christianisme comme le podvig du perfectionnement progressif de l’individu.

Le christianisme est une religion ascétique, le christianisme est un enseignement sur l’extirpation progressive des passions, sur les moyens et les conditions de l’acquisition progressive des vertus; ces conditions sont internes, consistant en podvig, et données de l’extérieur, composées de nos croyances dogmatiques et de nos sacrements donnant la grâce qui n’ont qu’un seul but: guérir le péché humain et nous conduire à la perfection.

C’est ce dont nous devons nous souvenir, et nous devons nous tenir fermement à la sainte Église orthodoxe et à ses enseignements. Ce faisant, nous ne serons pas loin du chemin du salut!

Cette conférence a été donnée lors du huitième pèlerinage annuel de Saint Herman au monastère de la Sainte-Trinité, le 25 décembre 1985 (n.s.). Imprimé dans Orthodox Life, vol. 36, non. 1 (janvier-février 1986), pp. 40-47.

Traduit par Tikhon d’après la Source : orthodoxinfo.com/praxis/podvig.aspx